Comment je suis devenue accro aux criquets

Il y a quelques années, j’ai atterri avec mon sac de voyageur à Niamey. J’en avais pour six ans pour …

Il y a quelques années, j’ai atterri avec mon sac de voyageur à Niamey. J’en avais pour six ans pour mes études universitaires.

Tout de suite, j’ai été saisie par le paysage. Il faisait très chaud, de la poussière partout. En pleine ville, on pouvait voir des ânes et des chameaux pour le transport des marchandises. A l’université, c’était une communauté très accueillante et généreuse.

J’ai été surprise de découvrir dans le plat de tous les étudiants des criquets frits aux heures de pause. A première vue, on les croirait toujours vivants. Mise à part leur couleur qui n’est plus verdâtre ou blanc jaunâtre, les criquets semblent conserver leur même forme après cuisson.

Quelques jours après, j’ai eu ma première invitation à y goûter. Moi ! Criquets ? C’est ‘’non’’.

Mais ceux à quoi tu t’exposes finira par t’influencer. Finalement, j’ai été séduite à avoir cette expérience.

Un après-midi, du bout des doigts, les yeux fermés, j’ai saisi le criquet frit par les pattes. Au premier contact avec ma langue, j’ai changé d’avis. Croustillant, délicieux, un mélange d’épices, je n’en revenais pas. Dans cette même journée, j’ai renouvelé l’expérience.

Non seulement les criquets sont savoureux mais ils sont très riches et nutritifs. Ils contiennent du lipide, du zinc, du fer, des vitamines et une quantité importante de protéine. Ces nutriments fournissent à l’organisme de l’énergie à la croissance et à l’entretien des organes.

Des études ont montré que 100 grammes de criquets comporte 5 fois plus de protéine que la même quantité de viande de bœuf hachée. Le criquet coûte 6 fois moins cher que la viande de bœuf à Niamey au Niger en Afrique de l’Ouest.

L’introduire dans nos habitudes alimentaires ne nous ferait que du bien.

Depuis, j’en suis devenue accro.

Keep reading

More >